La consommation d’aliments bio est associée à une diminution de la probabilité d’avoir un syndrome métabolique

Dans le cadre de l'étude Nutrinet-Santé, qui vise à mieux comprendre les relations entre le mode de production des produits alimentaires consommés, la santé et les impacts environnementaux, des chercheux ont observé que la consommation de produits entraîne une diminution du risque de syndrome métabolique.

"La consommation d’aliments bio est associé à des diminutions significatives de tous les paramètres composant le syndrome métabolique (tour de taille, tension systolique et diastolique, glucose et triglycérides sanguins), à l’exception du « bon » cholestérol HDL qui n’était pas différent, chez les personnes qui n’ont pas de traitement médical pour un de ces paramètres."

Cette étude vient à la suitede deux précédentes études, où les chercheurs avait montré que :

  • les consommateurs très réguliers d’aliments bio ont une probabilité environ deux fois plus faible d’être en surpoids ou obèses, comparés aux non-consommateurs d’aliments bio (article de Kesse-Guyot et al., PlosOne, 2013),
  • les consommateurs très réguliers d’aliments bio (parmi 62 224 femmes et hommes) ont une probabilité plus faible de prendre du poids et de devenir en surpoids (article de Baudry et al., Br J Nutr 2017).

Pour en savoir plus :

  • Etude NutriNet-Santé : ICI
  • BioNutriNet : le volet bio pour aller plus loin : ICI