Remise officielle du rapport "Et si on mangeait local...?"

Après plusieurs mois de travail, d'auditions, de déplacements sur le terrain dans le cadre d’une mission parlementaire, Brigitte Allain, députée de Dordogne a remis officiellement au Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, Stéphane Le Foll, son Rapport sur les circuits courts alimentaires et la relocalisation des filières agricoles et alimentaires, intitulé plus simplement «  Et si on mangeait local.. ».

©Pascal Xicluna/Min.Agri.Fr

Une dizaine de propositions concrètes concernent directement la restauration collective (partie III pages 77 à 89 du rapport complet), comme par exemple :

- L’organisation d’une journée annuelle du territoire ouverte à toute entreprise susceptible d’être concernée par des marchés publics. L’acheteur public y présente ses besoins estimés, sa politique d’achat, l’organigramme nominatif des services responsables des achats ;

- La mise en place de projet alimentaire au sein même du projet d’établissement ;

- La création d’une prime à la conversion pour les restaurants collectifs engagés dans la démarche, qui permettra de financer les formations des cuisiniers et des gestionnaires, les animations et les investissements nécessaires ;

- La formation des cuisiniers d’établissement à cette nouvelle approche du produit et des futurs cuisiniers à ces enjeux ;

- L’affichage obligatoire de l’origine des produits dans la restauration collective ;

- Le transfert de la tutelle des gestionnaires des collèges et lycées de l’Éducation nationale aux collectivités territoriales compétentes.

Malgré le titre du rapport, les retours d’expériences qui y sont présentés montrent qu’ « approvisionnement local » va de paire avec « produits bio », dans un souci de cohérence de la part des élus locaux. Par exemple :

- le conseil départemental de la Dordogne participe financièrement à l’introduction de produits issus de l’agriculture biologique dans les collèges publics relevant de sa compétence ;

- la ville de Saint-Étienne, en gestion concédée à une société de restauration, a inscrit des objectifs chiffrés ambitieux sur le bio et l’approvisionnement local au moment de l’appel d’offre en 2009, ;

- la ville de Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes), où tous les enfants des écoles et des crèches, ainsi que le personnel communal mangent 100 % bio depuis le 1er janvier 2012 et 70 % des légumes consommés sont produits sur le sol communal, en régie agricole.

La députée de la Dordogne s’est dite satisfaite de son entretien avec le Ministre et a conclu : « Il faut travailler dès maintenant et avec tous les acteurs présents à une orientation de leurs stratégies vers les débouchés locaux. J’y prendrai ma part, en déposant fin novembre une Proposition de loi visant à soutenir la production, la transformation, la commercialisation et la consommation de produits alimentaires durables et locaux. »

Pour sa part, le Ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt s'engage à une évaluation prochaine de la mise en œuvre de la loi et à poursuivre la transition engagée.

 

>> Pour aller plus loin :

Lire le rapport et ses 47 propositions              

Lire la synthèse du rapport 

Lire la synthèse des propositions phares