Quelles bonnes pratiques en restauration collective en Europe ?

Groupe de partage européen, le réseau BIOCanteens s’attaque aux effets négatifs de la production industrielle de nourriture sur l’environnement ainsi que sur la santé de ceux qui la produisent et de ceux qui la consomment. Ce groupe de recherche-action tente d’identifier comment les villes peuvent enrayer cette dynamique à travers des politiques alimentaires exigeantes.

Cocorico : en ayant développé une cantine municipale 100% bio, sans augmenter le coût du repas, Mouans-Sartoux propose des bonnes pratiques à suivre en termes de relocalisation de la production alimentaire, de revitalisation de l’agriculture locale ainsi que de pédagogie auprès des enfants et de leurs familles. 

Cette initiative transnationale a permis au Groupe d’Action Local du Pays des Condruses (Belgique) d’engager les discussions avec plusieurs élu.e.s au sujet l’évolution des cantines et plus largement de la gouvernance alimentaire sur leur territoire. Porteur d’un projet LEADER, le GAL du Pays des Condruses pourrait prochainement créer une ferme et embaucher un agriculteur afin qu’il produise 100% des légumes bio dont les cantines du territoire ont besoin. Un réajustement du prix de la cantine en fonction des revenus des familles est aussi en cours de discussion.

Plus au Sud, la ville de Rosignano Marittimo (Italie) a d’ores et déjà préparé un plan d’action pour les 2 années à venir. Un « plan de transfert » a été réalisé afin de lister les actions à réaliser dans les prochains mois sur 4 thématiques structurantes : les cantines scolaires, l’agriculture, les citoyens et la réglementation (planification d’une gouvernance alimentaire territorialisée sur le long terme). Dans le cas de cette ville italienne, pas question d’installer un maraîcher bio, mais plutôt de créer un « Hub Rural ». Ce « Hub » regrouperait des fermes locales, des centres logistiques/de distribution, des établissements de R&D ainsi que des acteurs de la distribution alimentaire. A terme, ce hub deviendra une véritable plateforme d’échanges entre acteurs de l’agriculture et de l’alimentation locale, permettant à Rosignano Marittimo de créer de nouveaux emplois et de développer l’agriculture biologique.

Torres Verdas (Portugal) travaille depuis 2014 à un Programme Alimentaire Scolaire Durable (Sustainable Food School Program) en mettant en place des actions autour de la mise en contact des écoliers avec la production agricole ainsi que l’acquisition d’aliments de première gamme pour la préparation des repas des cantines en gestion directe.

Pour l’ensemble des villes participantes au projet BiOCanteens, ces regroupements européens et ces temps d’échanges permettent de stimuler le dialogue entre l’ensemble des parties prenantes locales (administration, secteur privé, société civile…). Le projet semble agir comme un véritable catalyseur et activateur de transition alimentaire.

Pour en savoir plus, la page de BioCanteens sur Urbact.eu : https://urbact.eu/biocanteens

Et sur Twitter : @BCanteens