Manger Bio et local, c’est l’idéal… pour la santé

Des aliments sains et vivants

Les aliments issus de l’agriculture biologique sont particulièrement intéressants pour la santé pour au moins deux raisons : leur faible teneur en substances nocives ou indésirables  (pesticides, nitrates, OGM, etc.) et leur supériorité nutritionnelle, de mieux en mieux évaluée  et mise en évidence par des études scientifiques.

Une moindre exposition alimentaire en substances indésirables

Le cahier des charges de l’agriculture biologique interdit l’utilisation de pesticides, d’engrais de synthèse, d’OGM, d’hormones de croissance, ainsi que d’additifs, conservateurs et colorants chimiques. Il est donc logique de trouver considérablement moins de substances indésirables et nocives dans les produits issus de l’agriculture biologique que dans les produits conventionnels.

L’alimentation bio est ainsi une manière efficace de réduire notre exposition alimentaire quotidienne à ces substances. Une étude de l’Université de Newcastle publiée en juillet 2014 (1) dans la revue British Journal of  Nutrition (méta-analyse basée sur 343 publications dans des revues à comité de lecture), démontre notamment des résultats concernant les métaux toxiques, l’azote et les résidus de pesticides :

  • Des concentrations sensiblement plus faibles d’un certain nombre de métaux toxiques, notamment le cadmium, ont été détectées dans les cultures bio (en moyenne 48% inférieures aux concentrations dans les cultures conventionnelles) ;
  • Les teneurs en azote total, en nitrate et en nitrite sont ainsi respectivement de 10%, 30% et 87% plus faibles dans les cultures bio que dans celles conventionnelles.
  • La fréquence de présence de pesticides détectables est 4 fois plus élevée dans les cultures conventionnelles que dans les cultures bio.

Une qualité nutritionnelle supérieure

D’autres nombreuses études démontrent des teneurs supérieures en matière sèche et en micronutriments bénéfiques dans les produits issus de l’agriculture biologique :

  • Matière sèche : A partir d’une quarantaine d’études, une tendance à des teneurs en matière sèche supérieures en AB dans les légumes feuilles, racines et tubercules, a été observée (2).
  • Antioxydants dans les fruits, légumes et céréales bio : l’étude de l’Université de Newcastle (1) citée plus haut démontre que les fruits, légumes et céréales bio ont des concentrations significativement supérieures en antioxydants (de 18 % à 69 %) par rapport aux produits conventionnels.
  • Omégas 3 dans les produits laitiers : Des chercheurs de l’université de Washington (3) ont analysé 378 échantillons de lait bio ou conventionnel sur 18 mois et ont montré que le lait bio contenait en moyenne 62 % d’acides gras oméga-3 de plus que le lait conventionnel.  Cette tendance était déjà confirmée dans le livre « manger bio c’est mieux »(4), ouvrage coécrit par Claude Aubert, André Lefebvre et Denis Lairon, trois spécialistes de l’agriculture et de l’alimentation biologique.
  • Magnésium et fer : Selon une revue de la littérature (5), les teneurs en magnésium et en fer des produits bio sont respectivement supérieures aux produits conventionnels de 29% et 21%. Ces tendances étaient déjà démontrées par l’évaluation nutritionnelle et sanitaire des aliments issus de l’agriculture biologique de l’AFSSA en 2003 (6) pour les légumes (« Dans le cas des légumes, de légères tendances peuvent être identifiées, en faveur de l’agriculture biologique »).

Par ailleurs, la gamme en bio est très diversifiée et propose des aliments et variétés souvent absents ou indisponibles en conventionnel (produits complets ou semi-complets, types et variétés de farines, laits végétaux, variétés des fruits, légumes, céréales, légumineuses, etc.).  

Une alimentation associée bénéfique

Des produits bio meilleurs pour la santé mais aussi associés à une alimentation plus équilibrée. L’étude Nutrinet-Santé, récemment réalisée[1] en France et la première au monde de cette ampleur, compare des consommateurs bio et des non consommateurs bio. Forte de plus de 50000 participants (hommes (H) et femmes (F)), elle montre que les consommateurs bio ont de meilleures habitudes alimentaires et qu'ils sont beaucoup moins souvent obèses (H -62%) et en surpoids (F -42%), à apport calorique et niveau d'exercice physique équivalent. Ils consomment par exemple plus de légumes (H +27%), de céréales complètes (H +247% et F +143%) ou de fibres (+27%), avec un revenu comparable aux consommateurs non bio. 

Sources :

(1) Baranski, M. et al. (2014) Higher antioxidant and lower cadmium concentrations and lower incidence of pesticide residues in organically grown crops: a systematic literature review and meta-analyses. British Journal of Nutrition, 18 p

(2) Lairon, D. (2009). La qualité des produits de l’agriculture biologique. Innovations Agronomiques, 4, 281-287. 

(3) « Organic Production Enhances Milk Nutritional Quality by Shifting Fatty Acid Composition: A United States–Wide, 18-Month Study », 2013

(4) Ouvrage « Manger bio, c’est mieux ! Nouvelles preuves scientifiques à l’appui », Claude Aubert, Denis Lairon, André Lefebvre, 2012

(5) “Quality of plant products from organic agriculture” Rembialkowska, JSFA, 2007

(6) « Evaluation nutritionnelle et sanitaire des aliments issus de l’agriculture biologique », AFSSA, 2003

(7) Communiqué de presse Nutrinet-santé du 18/10/2013

Pour aller plus loin :