Pour les collectivités

L’agriculture biologique, un levier pour le développement durable des territoires

Les impacts de l’agriculture biologique sur les territoires sont nombreux et parfois insoupçonnés. En effet, au-delà des bénéfices environnementaux qui ne sont plus à démontrer, le développement de filières bio territorialisées a des effets positifs en termes de développement économique, d’attractivité du territoire, de cohésion sociale, etc.

L’agriculture biologique mérite donc d’être mobilisée par les collectivités locales, comme un objectif en tant que tel mais surtout comme un moyen de concourir aux différents enjeux de gestion des territoires qui incombent aux élus locaux : création d’emplois, aménagement équilibré, préservation de la santé publique et des ressources naturelles, etc.

Adopter une démarche préventive avec l’agriculture biologique, cela s’applique aussi aux finances publiques : les externalités positives de l’agriculture biologique sont autant de dépenses curatives qui ne sont plus nécessaires (traitement de l’eau contre les nitrates et les pesticides, gestion des espaces sensibles, etc.).

Les collectivités territoriales, des acteurs clés du développement de l’agriculture biologique

L’échelle territoriale est particulièrement intéressante pour développer l’agriculture biologique. En effet, les collectivités  disposent des compétences  et outils pour  mettre en place des politiques transversales de développement durable, dans lesquelles l’agriculture biologique trouve tout son sens : Agenda 21, Plan Climat Energie Territorial, protection de la ressource en eau et des milieux naturels (SAGE, Aires d’Alimentation de Captage, Trames Vertes et Bleues…), aménagements fonciers (SCoT, PLU…), etc.

L’approche transversale est également la garantie d’un développement durable et cohérent de l’agriculture biologique, car elle permet d’intervenir à tous les échelons de la filière (installation, production, transformation, distribution, consommation) et sur les différents enjeux du territoire (foncier, qualité de l’eau, alimentation, paysages, etc.).